Les risques du tabagisme parental sur la santé cardiaque des enfants

Santé

 

Une récente étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Circulation, révèle que les enfants exposés au tabagisme de leurs parents courent de plus grands risques de développer des maladies cardiaques à l’âge adulte que les enfants de parents non fumeurs.

Les auteurs australiens de l’étude ont expliqué que « pour gagner plus de perspicacité sur les méfaits à long terme de l’exposition à la fumée passive en début de vie, nous avons entrepris la première enquête sur les liens entre le tabagisme des parents et la présence d’athérosclérose carotidienne à l’âge adulte chez leurs enfants.» Pour leurs travaux, les chercheurs se sont basés sur une étude menée entre 1980 et 1983 dans cinq grandes villes finlandaises visant à observer les risques lié au tabagisme parental de problèmes cardiovasculaires en début de vie. Des nouvelles données ont été ensuite recueillies en 2001 et 2007 alors que les participants avaient atteint l’âge adulte.

les-risques-du-tabagisme-parental-sur-la-sante-cardiaque-des-enfants 2017

Des risques accrus de maladie cardiaque pour les enfants de fumeurs

En 2014, les chercheurs ont mesuré les niveaux de cotinine dans le sang des participants lorsqu’ils étaient enfant en utilisant des échantillons prélevés et congelés en 1980. La cotinine est un produit de dégradation majeure de la nicotine et peut être utilisée comme un biomarqueur d’exposition à la fumée secondaire. Les chercheurs ont constaté que 84% des enfants des ménages sans fumeur n’avaient pas de cotinine détectable dans leur échantillon. Un taux qui tombe à 62% lors un des deux parents fument et à 43% dans les ménages où les deux parents fument.

Indépendamment d’autres variables, le risque de développer une plaque dans l’artère carotide à l’âge adulte était 1,7 fois plus élevé chez les participants qui avaient été exposés à au moins un fumeur parental dans leur enfance par rapport à ceux dont les parents ne fumaient pas. Les résultats suggèrent donc que les enfants de parents qui fument ont un risque accru de maladie cardiovasculaire à l’âge adulte, bien que ce risque puisse être atténué si les parents ne fument pas à proximité des enfants, par exemple.